Espace client

Vente : Pacte de préférence – Nature de l’obligation du promettant

Civ. 3e, 6 déc. 2018, n° 17-23.321 Préférence au bénéficiaire du pacte en cas de vente du bien à un tiers

Dans cette affaire, le propriétaire de deux lots de copropriété sur lesquels portait un pacte de préférence a consenti une promesse unilatérale de vente au profit d’un tiers, quelques semaines avant l’échéance du pacte de préférence. La levée d’option de cette promesse, elle, n’est intervenue qu’après le terme du pacte. Le bénéficiaire du pacte de préférence, considérant que la vente avait eu lieu en violation de ce pacte, a assigné le promettant et le tiers acquéreur en annulation de la vente, en substitution dans les droits de l’acquéreur, en expulsion de celui-ci et en paiement de dommages et intérêts.

Les juges du fond ont rejeté ses conclusions, jugeant que seule la date de l’échange des consentements, donc en l’espèce la date de la levée de l’option, doit être prise en considération. La vente ne s’est réalisée qu’à la levée d’option, excluant donc toute violation du pacte de préférence.

La Cour de cassation a censuré ce raisonnement, au motif que « le pacte de préférence implique l’obligation, pour le promettant, de donner préférence au bénéficiaire lorsqu’il décide de vendre le bien ».

En l’espèce, le promettant n’a pas proposé la conclusion du contrat au bénéficiaire du pacte et a même promis ce contrat à un tiers, caractérisant ainsi sa volonté de contracter avec ce tiers. Il a donc violé l’obligation de préférence à laquelle il est tenu.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'immobilier et de la construction
Vers la fin d’une démolition systématique en cas de violation du cahier des charges d’un lotissement
Par deux arrêts rendus le 13 juillet 2022 n°21-16.407 et 21-16.408, publiés au Bulletin, la Cour de cassation est revenue...
Droit de l'immobilier et de la construction
Pas de manquement à l’obligation de délivrance pendant la période de confinement
Par deux arrêts en date du 30 juin 2022, n°21-20.190 et 21-20.127, la Cour de Cassation a précisé que la...
Droit de l'immobilier et de la construction
Résiliation du bail pour défaut de permis de construire
Le bailleur louant un local commercial sans permis de construire méconnait son obligation de délivrance. Le 1er juillet 2009, la...
Droit de l'immobilier et de la construction
Pas de résolution du bail en cas d’acceptation de son renouvellement par le bailleur
Le contrat de bail commercial est considéré renouvelé lorsque le bailleur en a accepté le principe après avoir dénoncé les...