Espace client

REOM : Dans quelles conditions peut-on être exonéré de la redevance d’enlèvement des ordures ménagères ?

Un arrêt de la Cour de Cassation du 8 avril 2014 va probablement freiner les velléités des redevables d’une Redevance d’enlèvement des ordures ménagères (ou REOM) de tenter d’en être exonéré.

Un redevable estimait en effet ne pas devoir payer la REOM en prétendant ne faire aucun usage du service public de gestion des déchets ménagers, puisqu’il disait gérer ses déchets par lui-même.

La Cour de cassation casse et annule le jugement qui avait accordé au redevable une telle exonération et ce pour un double motif :

– « il appartient au redevable de la redevance d’enlèvement des ordures ménagères qui prétend en être exonéré d’apporter la preuve qu’il n’utilise pas les services rendus par la collectivité publique à ce titre »

– « le redevable de la redevance pour la collecte et le traitement des ordures ménagères ne peut en être exempté au motif qu’il assure personnellement l’évacuation et l’élimination de ses déchets seulement s’il justifie effectuer cette évacuation et cette élimination conformément à la législation en vigueur »

Et cette dernière condition posée pour être exempté de la redevance, si elle est parfaitement logique, sera probablement très difficile à démontrer, tant la réglementation environnementale (articles L541-1 et s. du code de l’environnement) est sévère à cet égard.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'environnement et du développement durable
Atteinte à des espèces protégées et défaut d’urgence
Pas d’urgence à suspendre une autorisation de déroger à l’interdiction de destruction ou de perturbation des espèces protégées lorsque l’atteinte...
Droit de l'environnement et du développement durable
Le droit de chacun de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé comme liberté fondamentale !
Par un arrêt du 20 septembre 2022, le Conseil d’Etat a consacré le droit de chacun de vivre dans un...
Droit de l'environnement et du développement durable
Appréciation souveraine du juge sur la condition relative à l’absence de nuisance au maintien dans un état de conservation favorable d’espèces protégées pour déroger à leur régime de protection
Le Conseil d’Etat a jugé qu’il revient au juge du fond d’apprécier souverainement, sous réserve de dénaturation, le point de...
Droit de l'environnement et du développement durable
Instauration d’une clause-filet pour les évaluations environnementales
Le décret du 27 mars 2022 instaure une procédure dite de « clause filet », laquelle pourrait soumettre des petits...