Espace client

ICPE : Suspension et déclaration ne sont pas incompatibles

Par un arrêt du 13 février 2012 qui sera publié au recueil Lebon, le Conseil d’Etat précise que le Préfet peut décider de suspendre l’activité d’une installation classée (ICPE) même si celle-ci n’a fait l’objet que d’une déclaration.

En l’espèce, à la suite d’une visite de contrôle exercée sur une installation, le Préfet s’est aperçu que des activités étaient exercées par l’exploitant alors qu’elles concernaient une rubrique de la nomenclature des installations classées différente de celle au titre desquelles deux récépissés de déclaration lui avaient été délivrés. Le Préfet a donc immédiatement suspendu par arrêté l’exploitation de l’installation.

  1. A l’occasion du recours exercé notamment à l’encontre de l’arrêté de suspension, les juges précisent :

« (…) que, contrairement à ce qui est soutenu, la cour administrative d’appel (…) n’a pas commis d’erreur de droit en jugeant que le préfet pouvait légalement prendre les mesures prévues par l’article L 514-2 du code de l’environnement, qui est applicable aux installations classées exploitées sans avoir fait l’objet de la déclaration ou de l’autorisation requises, à l’encontre de la société requérante, alors même qu’elle avait reçu deux récépissés de déclaration, dès lors que celle-ci exerçait d’autres activités que celles au titre desquelles ces récépissés lui avaient été délivrés ».

Ainsi, si le Préfet peut décider de suspendre l’exploitation d’une installation qui n’a fait l’objet d’aucune déclaration ou autorisation, il peut également prendre une mesure de suspension à l’encontre d’une installation qui a fait l’objet d’une déclaration mais qui exerce des activités non prévues par celle-ci.

Cet arrêt clarifie la lecture de l’article L.514-2 du code de l’environnement selon lequel :

« Lorsqu’une installation classée est exploitée sans avoir fait l’objet de la déclaration ou de l’autorisation requise par le présent titre, le préfet met l’exploitant en demeure de régulariser sa situation dans un délai déterminé en déposant, suivant le cas, une déclaration ou une demande d’autorisation. Il peut, par arrêté motivé, suspendre l’exploitation de l’installation jusqu’au dépôt de la déclaration ou jusqu’à la décision relative à la demande d’autorisation ».

Il permet ainsi de mettre fin à la question qui se posait de savoir si le Préfet ne pouvait suspendre l’exploitation d’une installation que dans l’hypothèse où l’ICPE n’avait fait l’objet d’aucune déclaration ou autorisation.

  1. 2. L’arrêt relève par ailleurs que le fait que la décision de suspension a un caractère purement conservatoire, ne dispense pas le Préfet de respecter une procédure contradictoire préalable à son édiction.
Sources et liens

Conseil d’Etat, 13 février 2012, SOCIETE TERREAUX SERVICE VARONNE, n°324829

À lire également

Droit de l'environnement et du développement durable
Appréciation souveraine du juge sur la condition relative à l’absence de nuisance au maintien dans un état de conservation favorable d’espèces protégées pour déroger à leur régime de protection
Le Conseil d’Etat a jugé qu’il revient au juge du fond d’apprécier souverainement, sous réserve de dénaturation, le point de...
Droit de l'environnement et du développement durable
Instauration d’une clause-filet pour les évaluations environnementales
Le décret du 27 mars 2022 instaure une procédure dite de « clause filet », laquelle pourrait soumettre des petits...
Droit de l'environnement et du développement durable
Précisions sur la compétence des Cours administratives d’appel en matière de contentieux éolien
Dans le cadre d’un recours contre une délibération d’un Conseil municipal ayant notamment pour objet de concéder une partie d’un...
Droit de l'environnement et du développement durable
Projet de parc éolien et dérogation « espèces protégées » : des précisions jurisprudentielles
Par une décision en date du 15 avril 2021, le Conseil d’Etat confirme qu’un projet de parc éolien peut répondre...