Espace client

Environnement : ICPE : Pas de prescription trentenaire pour l’exercice du pouvoir de police

Le Conseil d’Etat vient clarifier un point du débat concernant le régime des prescriptions en matière de remise en état environnementale de sites pollués.

Il faut rappeler que dans son désormais célèbre arrêt « Alusuisse », celui-ci avait posé le principe selon lequel il n’est plus possible pour le préfet d’imposer à l’exploitant (à son ayant-droit ou à la personne qui s’est substituée à lui) la charge financière de la remise en état au-delà d’une durée de 30 ans à compter de la date à laquelle l’administration a pu prendre connaissance de la cessation d’activité (CE ass., 8 juillet 2005, Société Alusuisse-Lonza-France, n° 247976).

Une légère incertitude demeurait quant à l’interprétation à donner à cette jurisprudence : outre son application à la demande du préfet envers l’exploitant de financer les opérations de remise en état, la prescription trentenaire devait-elle être étendue à l’exercice du pouvoir de police administrative ICPE détenue par le préfet ?

L’arrêt du 12 avril 2013 répond sans aucune ambiguïté par la négative :

« Considérant qu’en statuant ainsi, alors que la prescription trentenaire susceptible d’affecter l’obligation de prendre en charge la remise en état du site pesant sur l’exploitant d’une installation classée, son ayant droit ou celui qui s’est substitué à lui, est sans incidence, d’une part, sur l’exercice, à toute époque, par l’autorité administrative des pouvoirs de police spéciale conférés par la loi en présence de dangers ou inconvénients se manifestant sur le site où a été exploitée une telle installation, et, d’autre part, sur l’engagement éventuel de la responsabilité de l’État à ce titre, le juge des référés de la cour administrative d’appel de Nantes a entaché son ordonnance d’erreur de droit ; que, par suite, la SCI Chalet des Aulnes est fondée à en demander l’annulation ».

Le Conseil d’Etat considère donc que l’exercice du pouvoir de police administrative en matière d’ICPE appartenant au préfet, ainsi que la responsabilité de l’Etat qui en découle, sont imprescriptibles.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'environnement et du développement durable
Précisions sur l’autonomie de l’autorité chargée de rendre un avis sur l’évaluation environnementale avant le décret du 28 avril 2016
Le Conseil d’Etat a jugé que l’avis rendu par un préfet de région pour un projet autorisé par un préfet...
Droit de l'environnement et du développement durable
Définition des types d’usages dans la gestion des sites et sols pollués
Par le décret n° 2022-1588 du 19 décembre 2022 publié au Journal Officiel n°0294 du 20 décembre 2022, entré en...
Droit de l'environnement et du développement durable
Précisions relatives à l’application du régime de la dérogation « espèces protégées »
Aux termes d’un avis rendu le 9 décembre 2022, le Conseil d’Etat a apporté d’intéressantes précisions concernant l’application du régime...
Droit de l'environnement et du développement durable
Atteinte à des espèces protégées et défaut d’urgence
Pas d’urgence à suspendre une autorisation de déroger à l’interdiction de destruction ou de perturbation des espèces protégées lorsque l’atteinte...