Espace client

Contrats publics : La jurisprudence Tarn-et-Garonne s’applique aux avenants postérieurs au 4 avril 2014

La Cour Administrative d’Appel de Douai est récemment venue préciser le champ d’application de la jurisprudence Tarn-et-Garonne, en date du 4 avril 2014.

En l’espèce, une habitante de la Commune de Moyvillers, Madame M, avait introduit un recours en excès de pouvoir à l’encontre de la délibération du conseil municipal approuvant la conclusion d’un avenant prolongeant la durée du traité d’affermage conclu avec la société SAUR pour l’exploitation du réseau de distribution d’eau potable de la commune.

La Cour Administrative d’Appel rappelle, dans un premier temps, que le recours « Tarn-et-Garonne »est applicable à l’encontre des contrats signés à compter de la lecture de la décision du Conseil d’Etat, c’est-à-dire à compter du 4 avril 2014.

Elle précise, ensuite, que les principes posés par cette jurisprudence sont également applicables aux avenants conclus à compter du 4 avril 2014, alors même que le contrat initial est antérieur à cette date :

« 3. Il résulte des termes de la requête introductive d’instance présentée par Mme M. devant le tribunal administratif d’Amiens que sa demande tendait à l’annulation de la délibération du 27 janvier 2015 par laquelle le conseil municipal de la commune de Moyvillers a approuvé la conclusion d’un avenant prolongeant la durée du traité d’affermage conclu avec la société SAUR pour l’exploitation du réseau de distribution d’eau potable de la commune et autorisé le maire à signer cet avenant. En application des principes rappelés au point 1, la légalité de cette délibération ne peut être contestée qu’à l’occasion d’un recours de pleine juridiction en contestation de la validité de l’avenant lui-même. En outre, et alors même que le contrat initial est antérieur à la lecture de la décision précitée du 4 avril 2014 du Conseil d’Etat, les principes énoncés au point 1 s’appliquent à l’occasion d’un recours dirigé contre un avenant qui a été signé postérieurement à cette date. Dès lors, les conclusions de Mme M. tendant à l’annulation de la délibération du 27 janvier 2015 sont irrecevables. »

Il résulte de ce qui précède que la légalité de la délibération du 27 janvier 2015 ne pouvait être contestée qu’à l’occasion d’un recours de pleine juridiction en contestation de la validité de l’avenant lui-même. Le recours en excès de pouvoir introduit par Madame M est donc irrecevable.

Sources et liens

À lire également

Droit de la commande publique
Précisions sur la portée de l’obligation de conseil du maître d’œuvre
Par une décision rendue le 22 décembre 2023, le Conseil d’Etat a précisé que le devoir de conseil du maître...
Droit de la commande publique
Pas d’indemnisation des travaux supplémentaires indispensables réalisés contre la volonté de l’administration
Le droit à indemnisation du titulaire d’un marché conclu à prix forfaitaire au titre des travaux supplémentaires « indispensables à...
Droit de la commande publique
Précisions sur l’indemnisation du manque à gagner d’un candidat irrégulièrement évincé d’une procédure d’attribution d’une DSP
Le juge administratif admet depuis longtemps l’indemnisation du préjudice causé par une éviction irrégulière d’un candidat à une procédure de...
Droit de la commande publique
Précisions sur l’office du juge dans le cadre d’un recours dit Béziers 1
Par une décision rendue le 27 novembre 2023, le Conseil d’État a jugé que le juge du contrat méconnaît son...