Espace client

Contrats : Conséquences d’un candidat retenu sur la base de fausses déclarations

Par une décision du 3 octobre 2012, le Conseil d’Etat a confirmé l’annulation de la procédure de passation d’un marché au motif qu’un des candidats retenus, le titulaire du marché, l’avait été sur la base de fausses déclarations.

Plus précisément, dans cette espèce, un des candidats non retenus a sollicité l’annulation de la procédure au motif que la candidature du titulaire du marché avait été retenue sur la base de renseignements erronés. Il a en effet été démontré que le chiffre d’affaires déclaré par ce dernier était nettement supérieur à celui figurant dans les bilans obtenus par l’intermédiaire du site « Infogreffe ».

Ce fut l’occasion pour le Conseil d’Etat de rappeler que  « la prise en compte par le pouvoir adjudicateur de renseignements erronés relatifs aux capacités professionnelles, techniques et financières d’un candidat est susceptible de fausser l’appréciation portée sur les mérites de cette candidature au détriment des autres candidatures et ainsi de porter atteinte au principe d’égalité de traitement entre les candidats ».

En conséquence, il a considéré que : « le choix de l’offre d’un candidat dont la candidature a été retenue sur la base d’informations relatives à ses capacités financières et professionnelles erronées est susceptible d’avoir lésé le candidat qui invoque ce manquement, à moins qu’il ne résulte de l’instruction que sa candidature devait elle-même être écartée, ou que l’offre qu’il présentait ne pouvait qu’être éliminée comme inappropriée, irrégulière ou inacceptable ».

Il est intéressant de noter que le Conseil d’Etat a vérifié la recevabilité d’une candidature alors même que les offres avaient déjà été examinées et le titulaire désigné.

Cette décision rappelle aux pouvoirs adjudicateurs l’importance de contrôler la véracité des déclarations des candidats, à défaut ils doivent accepter le risque d’annulation de la procédure pour avoir retenu un candidat sur la base de renseignements erronés…

Sources et liens

À lire également

Droit de la commande publique
Inflation et commande publique : Rappel des bonnes pratiques pour les collectivités territoriales
Par une réponse à une question écrite publiée dans le JO Sénat du 19 janvier dernier (Question écrite n° 00331...
Droit de la commande publique
On ne transige pas sur la TGAP !
Le tribunal administratif de Poitiers a refusé d’homologuer une transaction qui portait sur la répartition de la TGAP entre un...
Droit de la commande publique
Précisions sur la procédure de résiliation pour notification tardive de l’OS de démarrage des travaux
Le Conseil d’Etat est venu d’une part rappeler qu’en application de l’article 46.2.1 du CCAG Travaux (2014) le titulaire d’un...
Droit de la commande publique
Ajustement du Conseil d’Etat en matière d’indemnisation du cocontractant en cas de résiliation
Le Conseil d’Etat considère désormais que l’indemnisation pouvant être accordée par la personne publique à son cocontractant en cas de...