Espace client

Contrats administratifs : L’exercice d’un recours gracieux n’interrompt pas le délai d’action en reprise des relations contractuelles

Par une décision en date du 30 mai 2012 « Proresto », le Conseil d’Etat est venu préciser le régime du recours en reprise des relations contractuelles, initié par la désormais célèbre jurisprudence dite « Béziers II » (voir, sur ce point, CE, 21 mars 2011, Commune de Béziers, n°304806).

Plus particulièrement, la société Proresto demandait au Juge des référés du Tribunal administratif de Fort-de-France de suspendre l’exécution de la décision de la Chambre de commerce et d’industrie de Martinique de conclure une nouvelle convention d’occupation temporaire du domaine public. Au soutien de sa demande, la société Proresto invoquait, par la voie de l’exception, l’illégalité de la décision du 17 décembre 2010 résiliant la précédente convention d’occupation dont elle était titulaire.

Pour rejeter la requête, le Juge des référés s’est notamment fondé sur l’irrecevabilité, relevée d’office, du moyen tendant à contester la décision de résiliation, au motif que cette décision était devenue définitive.

La société Proresto saisit le Conseil d’Etat d’un pourvoi en cassation dirigé contre l’ordonnance du Tribunal. Selon la requérante, la décision de résiliation ne pouvait avoir acquis un caractère définitif dès lors qu’elle avait fait l’objet, dans le délai de recours contentieux, d’un recours gracieux.

Le Conseil d’Etat n’a cependant pas suivi la requérante sur ce point et juge, au cas précis d’une action contestant la validité d’une mesure de résiliation et demandant la reprise des relations contractuelles, que « l’exercice d’un recours administratif pour contester cette mesure, s’il est toujours loisible au cocontractant d’y recourir, ne peut avoir pour effet d’interrompre le délai de recours contentieux ».

La Haute juridiction en déduit, au cas d’espèce, que la décision de résiliation était bien devenue définitive et que la société Proresto n’était plus recevable à la contester par voie d’exception dans le cadre de son recours contre la décision de conclure une nouvelle convention.

Sources et liens

À lire également

Droit de la commande publique
Inflation et commande publique : Rappel des bonnes pratiques pour les collectivités territoriales
Par une réponse à une question écrite publiée dans le JO Sénat du 19 janvier dernier (Question écrite n° 00331...
Droit de la commande publique
On ne transige pas sur la TGAP !
Le tribunal administratif de Poitiers a refusé d’homologuer une transaction qui portait sur la répartition de la TGAP entre un...
Droit de la commande publique
Précisions sur la procédure de résiliation pour notification tardive de l’OS de démarrage des travaux
Le Conseil d’Etat est venu d’une part rappeler qu’en application de l’article 46.2.1 du CCAG Travaux (2014) le titulaire d’un...
Droit de la commande publique
Ajustement du Conseil d’Etat en matière d’indemnisation du cocontractant en cas de résiliation
Le Conseil d’Etat considère désormais que l’indemnisation pouvant être accordée par la personne publique à son cocontractant en cas de...