Espace client

Construction : La réception tacite doit être écartée en cas de protestations répétées du maître de l’ouvrage

Par un arrêt du 24 mars 2016, la Cour de cassation a considéré que la protestation continue du maître de l’ouvrage à l’encontre de la qualité des travaux exclut toute réception tacite des travaux et ce malgré le paiement de l’intégralité du prix et la prise de possession de l’ouvrage.

En l’espèce, à la suite de travaux d’assainissement prétendument défaillants, le maître de l’ouvrage a assigné l’entreprise et son assureur de responsabilité afin d’engager sa garantie décennale et ainsi obtenir réparation des désordres litigieux.

En cause d’appel, les juges du fond ont exclu toute réception tacite de l’ouvrage compte tenu des nombreuses contestations du maître de l’ouvrage et écarté la garantie décennale.

Le maître de l’ouvrage a alors formé un pourvoi en cassation, soutenant que  la prise de possession de l’ouvrage ainsi que le paiement intégral du prix des travaux suffisent à caractériser la volonté non équivoque du maître de l’ouvrage de recevoir l’ouvrage.

La Haute juridiction ne s’est pas rangée à cette analyse et a confirmé le raisonnement de la Cour d’appel :

« Mais attendu qu’ayant relevé que M. et Mme X… avaient toujours protesté à l’encontre de la qualité des travaux, la cour d’appel, qui a pu retenir que, malgré le paiement de la facture, leurs contestations excluaient toute réception tacite des travaux, a, par ce seul motif, légalement justifié sa décision »

Ainsi, le seul fait que le maître de l’ouvrage ait pris possession de l’ouvrage et se soit acquitté du prix des travaux ne suffit pas à caractériser l’existence d’une réception tacite dès lors que la volonté non équivoque de recevoir l’ouvrage est douteuse compte tenu de ses contestations répétées.

En conséquence, il ne peut y avoir de réception tacite s’il existe le moindre doute sur la volonté non équivoque du maître d’ouvrage de recevoir l’ouvrage.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'immobilier et de la construction
Pas de manquement à l’obligation de délivrance pendant la période de confinement
Par deux arrêts en date du 30 juin 2022, n°21-20.190 et 21-20.127, la Cour de Cassation a précisé que la...
Droit de l'immobilier et de la construction
Résiliation du bail pour défaut de permis de construire
Le bailleur louant un local commercial sans permis de construire méconnait son obligation de délivrance. Le 1er juillet 2009, la...
Droit de l'immobilier et de la construction
Pas de résolution du bail en cas d’acceptation de son renouvellement par le bailleur
Le contrat de bail commercial est considéré renouvelé lorsque le bailleur en a accepté le principe après avoir dénoncé les...
Droit de l'immobilier et de la construction
Responsabilité du syndicat de copropriétaires pour négligence fautive
Le syndicat des copropriétaires commet une faute en ne mettant pas en demeure de démolir une ouverture sur des parties...