Espace client

Urbanisme : Modalités de mise en œuvre de la procédure intégrée pour le logement (PIL)

Le décret n°2015-218 du 25 février 2015 relatif à la PIL, est entré en vigueur le 28 février 2015.

Les dispositions de ce décret, lequel insère une section IV au livre III du Code de l’urbanisme, viennent préciser certains points de cette procédure codifiée à l’article L.300-6-1 du Code de l’urbanisme. Elles ne sont pas rétroactives.

La PIL est une procédure qui tend, dans un but d’efficacité,  à faciliter la mise en compatibilité du ou des documents d’urbanisme applicables au territoire d’une opération d’aménagement ou de construction de logements présentant un caractère d’intérêt général.

Le décret, notamment, identifie l’autorité compétente pour mener la PIL (Article R.300.15 du Code de l’urbanisme), à savoir le préfet « lorsqu’elle est engagée par l’État » ou le président de l’organe délibérant « lorsqu’elle est engagée par une collectivité territoriale ».
Il précise de plus les modalités d’engagement de la procédure, qui donne lieu  à la consultation de l’autorité administrative de l’État compétente en matière d’environnement (R.300-17 I du Code de l’urbanisme), laquelle se prononce dans les deux mois sur le dossier que lui a transmis pour avis l’autorité compétente pour mener la PIL (R.300-17 II et III du Code de  l’urbanisme).

Le décret comporte, en outre, des dispositions sur la prise en compte des résultats de l’enquête publique susceptibles d’engendrer des modifications (article R.300-18 du Code de l’urbanisme).

Le décret du 25 février explicite également les modalités de  mise en compatibilité des différents documents d’urbanisme lors de la PIL : schéma de cohérence territoriale (SCoT) (Sous-section 2), d’un plan local d’urbanisme (PLU) (sous-section 3), schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF) (sous-section 4). Ledit décret précise de surcroît, dans sa sous-section 5, les dispositions relatives à la mise en compatibilité « applicables à plus d’un document ».

Le décret détaille enfin les conditions et les délais de la « mesure facultative visant à faciliter la procédure d’instruction et la délivrance des autorisations requises en matière d’urbanisme pour permettre la réalisation du projet bénéficiant de la procédure intégrée ».

Sources et liens

À lire également

Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur l’office du juge d’appel saisi d’un jugement annulant un refus de délivrer une autorisation d’urbanisme
Le Conseil d’Etat a apporté des précisions sur l’office du juge d’appel lorsqu’il est saisi d’un jugement ayant annulé une...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Régularisation possible d’une autorisation d’urbanisme entachée de vice par la révision de l’économie générale du projet
Le Conseil d’Etat a jugé que, pour apprécier si un vice entachant une autorisation d’urbanisme est régularisable, il appartient au...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
L’impossibilité de régulariser une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude devant le juge administratif
Par une décision du 11 mars 2024, le Conseil d’État rappelle qu’en présence d’une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude, le...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur la possibilité d’exciper de l’illégalité d’un document d’urbanisme à l’appui d’un recours contre une autorisation
Le Conseil d’Etat a apporté des précisions sur l’application de sa jurisprudence « SCI du Petit Bois » relative à...