Espace client

Urbanisme : Le lotissement suppose un projet d’implantation de bâtiments

Par un arrêt du  26 janvier 2015 publié au Recueil Lebon, le Conseil d’État est venu apporter des précisions sur la notion de lotissement issue de l’ordonnance du 8 décembre 2005 dans le cas où, après la première division d’une unité foncière dans la perspective d’implanter des bâtiments sur l’un au moins des lots issus de cette division, le propriétaire décide ultérieurement d’implanter des bâtiments sur la partie restante de la parcelle d’origine.

Une opération d’aménagement qui a pour objet ou qui a eu pour effet, sur une période inférieure à dix ans, la division d’une unité foncière constitue un lotissement au sens de l’article L 442-1 du code de l’urbanisme, dans sa version en vigueur à l’époque des faits, dès lors qu’il est prévu d’implanter des bâtiments sur l’un au moins des lots résultant de la division.

Cependant, le Conseil d’État précise dans l’arrêt du 26 janvier 2015 que « toutefois, lorsque le propriétaire de cette unité foncière a décidé de ne lotir qu’une partie de son terrain, le projet ultérieur d’implanter des bâtiments sur la partie conservée ne peut être regardé comme relevant du lotissement créé, alors même que ne serait pas expirée la période de dix ans mentionnée à l’article L. 442-1 du code de l’urbanisme ».

En effet, le Conseil d’État estime que ledit projet n’est susceptible de relever du régime du lotissement que « s’il procède à une division de son terrain d’assiette en vue de l’implantation de nouveaux bâtiments ».

Ainsi, selon cet arrêt, le lotissement se définit toujours comme une opération d’aménagement et de division foncière prévue dans le but d’implanter des bâtiments.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur la possibilité d’exciper de l’illégalité d’un document d’urbanisme à l’appui d’un recours contre une autorisation
Le Conseil d’Etat a apporté des précisions sur l’application de sa jurisprudence « SCI du Petit Bois » relative à...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Régularité de la notification à un maire d’arrondissement d’un recours contre un permis de construire délivré par la maire de Paris
Par une décision du 30 janvier 2024 qui sera mentionnée aux tables, le Conseil d’État a jugé que la notification...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur la date de naissance d’un permis tacite lors d’une modification par le pétitionnaire de sa demande en cours d’instruction
Le Conseil d’Etat a précisé les incidences résultant d’une modification par le pétitionnaire de sa demande de permis de construire...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Intérêt à agir d’une association dont le champ d’action géographique s’étend à l’ensemble d’un département
Par une décision du 1er décembre 2023 qui sera mentionnée aux tables, le Conseil d’État a jugé que dispose d’un...