Espace client

Urbanisme : Application en cours d’instance du nouvel article L. 600-5 du Code de l’urbanisme

La Cour administrative d’appel de Nantes a fait application des dispositions du nouvel article L. 600-5 du Code de l’urbanisme, issues de l’ordonnance du 18 juillet 2013 portant réforme du contentieux de l’urbanisme.

Pour rappel, ces dispositions permettent au juge administratif, saisi d’un recours contre un permis de construire, de démolir ou d’aménager, de considérer qu’un vice affectant une partie du projet peut être régularisé par un permis modificatif, à la condition que les autres moyens ne soient pas fondés.

Dans la présente espèce, était attaqué un permis de construire délivré par le préfet de la Manche portant sur la réalisation d’une éolienne et d’un poste de livraison.

En première instance, le Tribunal administratif de Caen avait annulé, par un jugement du 19 novembre 2009, l’arrêté préfectoral en tant qu’il autorisait la construction du poste de construction, au motif que l’architecte des bâtiments de France (l’ABF) n’avait pas été consulté alors qu’il se trouve à moins de 500 mètres d’un bâtiment classé comme monument historique.

En cours d’instance, une déclaration de travaux a été déposée par le pétitionnaire, à laquelle le préfet ne s’est pas opposé, et comportait l’avis de l’ABF.

La Cour administrative d’appel de Nantes en a tenu compte en appel et a ainsi constaté la régularisation de l’illégalité du permis constatée en première instance :

« que ce poste de livraison, destiné à injecter l’énergie produite par l’éolienne au réseau électrique, n’est pas divisible du reste du projet ; que cette illégalité au regard des prescriptions de l’article L. 621-31 du code du patrimoine, qui affecte une partie identifiable du projet autorisé par le permis de construire du 13 août 2008 a été régularisée par une déclaration de travaux ».

Cet arrêt est donc intéressant en ce qu’il vient appliquer l’article L. 600-5 du Code de l’urbanisme, non pas aux seuls recours introduits postérieurement à l’entrée en vigueur de l’ordonnance du 18 juillet 2013 (c’est-à-dire le 19 août 2013), mais également aux affaires en cours d’instance à cette date.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Régularisation possible d’une autorisation d’urbanisme entachée de vice par la révision de l’économie générale du projet
Le Conseil d’Etat a jugé que, pour apprécier si un vice entachant une autorisation d’urbanisme est régularisable, il appartient au...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
L’impossibilité de régulariser une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude devant le juge administratif
Par une décision du 11 mars 2024, le Conseil d’État rappelle qu’en présence d’une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude, le...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur la possibilité d’exciper de l’illégalité d’un document d’urbanisme à l’appui d’un recours contre une autorisation
Le Conseil d’Etat a apporté des précisions sur l’application de sa jurisprudence « SCI du Petit Bois » relative à...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Régularité de la notification à un maire d’arrondissement d’un recours contre un permis de construire délivré par la maire de Paris
Par une décision du 30 janvier 2024 qui sera mentionnée aux tables, le Conseil d’État a jugé que la notification...