Espace client

Précision sur les hauteurs des constructions

Dans son arrêt en date du 6 décembre 2017, le Conseil d’Etat est venu préciser la notion de « Hauteur des constructions » telle que prévue par un plan local d’urbanisme (PLU).

Plus précisément, il affirme que la notion de nombre de niveaux d’une construction permettant de fixer une règle de hauteur maximale doit se définir en référence aux dispositions de l’article R. 111-2 du Code de la construction et de l’habitation aux termes duquel, en son alinéa 3, « il n’est pas tenu compte (…) et autres dépendances des logements, ni des parties de locaux d’une hauteur inférieure à 1,80 mètre ».

Dans cette affaire, un maire a accordé un permis de construire pour l’édification d’une école dont il est demandé l’annulation au motif que le projet ne respecterait pas les dispositions de l’article 10.2 du règlement du PLU applicable lesquelles imposent que :

« La hauteur maximale des constructions est fixée à R+3+combles et R+2+combles en secteur U1ce et U1pa (…) sans pouvoir excéder : / – 13,50 mètres à l’égout du toit (…) (11 mètres en secteurs UC1e et U1pa), / – 18,50 mètres au faîtage (16 mètres en secteurs U1ce et U1pa) ».

En l’occurrence, la construction projetée comporte deux niveaux d’habitation au-dessus du rez-de-chaussée et un espace compris entre ce dernier niveau et les versants du toit d’une hauteur de 1,70 mètre au droit des façades jusqu’à l’égout du toit.

Rejeté en première instance, puis en appel, le requérant saisit la Haute Juridiction, laquelle fait une application combinée de l’article R. 111-2 précité et de l’article 10.2 susmentionné, et juge, ainsi que :

« En jugeant, après avoir décrit ses caractéristiques, que cet espace constituait, non un troisième niveau au-dessus de rez-de-chaussée, mais un comble autorisé par les dispositions précitées de l’article U1 10.2 du règlement du plan local d’urbanisme, la cour administrative d’appel de Bordeaux a porté sur les faits de l’espèce une appréciation exempte de dénaturation et n’a pas commis d’erreur de droit ».

Le pourvoi est donc, également, rejeté.

Ainsi, il y a lieu de noter qu’au fur et à mesure de sa jurisprudence, le juge administratif fait fi du principe d’indépendance des législations afin, parfois, de pallier l’insuffisance du Code de l’urbanisme ou des documents de planification.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur l’office du juge d’appel saisi d’un jugement annulant un refus de délivrer une autorisation d’urbanisme
Le Conseil d’Etat a apporté des précisions sur l’office du juge d’appel lorsqu’il est saisi d’un jugement ayant annulé une...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Régularisation possible d’une autorisation d’urbanisme entachée de vice par la révision de l’économie générale du projet
Le Conseil d’Etat a jugé que, pour apprécier si un vice entachant une autorisation d’urbanisme est régularisable, il appartient au...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
L’impossibilité de régulariser une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude devant le juge administratif
Par une décision du 11 mars 2024, le Conseil d’État rappelle qu’en présence d’une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude, le...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur la possibilité d’exciper de l’illégalité d’un document d’urbanisme à l’appui d’un recours contre une autorisation
Le Conseil d’Etat a apporté des précisions sur l’application de sa jurisprudence « SCI du Petit Bois » relative à...