Espace client

Le PLU et les objectifs mal définis dans la délibération prescrivant l’élaboration du PLU

La question de la définition des objectifs du PLU (ancien article L. 300-2 du Code de l’urbanisme et article L. 103-3 du nouveau Code de l’urbanisme) est une problématique régulièrement débattue devant la juridiction administrative.

En effet, nombreuses sont les Collectivités qui ont pu voir leur PLU annulé devant la juridiction administrative, par la voie de l’exception d’illégalité, au motif que les objectifs poursuivis n’étaient définis « dans leurs grandes lignes » (CE, 10 février 2010, Commune de Saint-Lunaire, req. N°327149 ; CE, 17 avril 2013, Commune de Ramatuelle, req. n°343811). Certaines juridictions administratives se montrent d’ailleurs particulièrement sévères quant à l’appréciation de la définition des objectifs du PLU au moins « dans leurs grandes lignes ».

Dans une décision en date du 5 mai 2017, le Conseil d’Etat revient sur cette question et sur les conséquences tenant à l’irrégularité d’une délibération prescrivant l’élaboration d’un PLU, ou comme en l’espèce la révision, sur la validité de la délibération approuvée.

En premier lieu, après avoir rappelé que le « conseil municipal doit, avant que ne soit engagée la concertation, délibérer, d’une part, et au moins dans leurs grandes lignes, sur les objectifs poursuivis par la commune en projetant d’élaborer ou de réviser ce document d’urbanisme, et, d’autre part, sur les modalités de la concertation », le Conseil d’Etat précise que « si cette délibération est susceptible de recours devant le juge de l’excès de pouvoir, son illégalité ne peut, en revanche, eu égard à son objet et à sa portée, être utilement invoquée contre la délibération approuvant le plan local d’urbanisme ».

Manifestement, l’insuffisance des objectifs contenus dans la délibération prescrivant l’élaboration ou la révision d’un PLU ne constitue donc plus une formalité substantielle susceptible d’être invoquée devant la juridiction administrative par le biais de l’exception d’illégalité.

En second lieu, confirmant la jurisprudence « Commune d’Illats » (CE, 8 octobre 2012, req. n°338760), le Conseil d’Etat rappelle que seules les irrégularités « ayant affecté le déroulement de la concertation au regard des modalités définies par la délibération prescrivant » l’élaboration ou la révision du PLU pourront être invoquées à l’occasion du recours contre le PLU approuvé.

Manifestement, le Conseil d’Etat confirme ici l’abandon de la jurisprudence « Commune de Saint-Lunaire » (CE, 10 février 2010, req. N°327149) sur le fait que les illégalités entachant la délibération prescrivant l’adoption ou la révision du PLU sont susceptibles d’entrainer l’annulation de la délibération approuvant le PLU.

A n’en pas douter, une décision qui devrait rassurer de nombreux élus !

Sources et liens

À lire également

Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Régularisation possible d’une autorisation d’urbanisme entachée de vice par la révision de l’économie générale du projet
Le Conseil d’Etat a jugé que, pour apprécier si un vice entachant une autorisation d’urbanisme est régularisable, il appartient au...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
L’impossibilité de régulariser une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude devant le juge administratif
Par une décision du 11 mars 2024, le Conseil d’État rappelle qu’en présence d’une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude, le...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur la possibilité d’exciper de l’illégalité d’un document d’urbanisme à l’appui d’un recours contre une autorisation
Le Conseil d’Etat a apporté des précisions sur l’application de sa jurisprudence « SCI du Petit Bois » relative à...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Régularité de la notification à un maire d’arrondissement d’un recours contre un permis de construire délivré par la maire de Paris
Par une décision du 30 janvier 2024 qui sera mentionnée aux tables, le Conseil d’État a jugé que la notification...