Espace client

Pas d’indemnisation des plus-values pour les expropriés

Par une décision du 2 mars 2022 la Cour de cassation réaffirme la position du Conseil constitutionnel selon laquelle, les changements de valeur du bien tels que les plus-values réalisées par l’expropriant en cas de revente, n’ont pas à être pris en compte dans la fixation de l’indemnité d’expropriation.

La société publique locale Terre d’innovation avait exproprié plusieurs parcelles appartenant aux consorts B.

Elle avait, par la suite et à court terme, revendu les biens expropriés au prix du marché lui permettant de réaliser une plus-value.

A ce titre, les expropriés avaient considéré que l’indemnité qui leur avait été accordée n’était pas « en rapport avec la valeur » de leur bien, et causait une atteinte disproportionnée à leur droit de propriété.

La cour d’appel de Lyon avait refusé de faire droit à cette demande en considérant que l’indemnité réparant la dépossession ne devait pas prendre en compte les plus-values réalisées par l’expropriant, lors de la revente des biens expropriés dans le cadre de l’opération d’urbanisme prévue.

Les requérants avaient alors formé un pourvoi en cassation, à l’appui duquel ils avaient soulevé une question prioritaire de constitutionnalité (décision rapportée ici).

En s’alignant sur la position du Conseil constitutionnel, la Cour de cassation juge que « la plus-value, que devaient générer ces ventes en raison de l’opération d’utilité publique conduite par l’expropriant, n’avait pas à être prise en compte pour déterminer l’indemnité réparant la dépossession ».

En outre, elle reconnait que le juge n’a pas à procéder à un contrôle relatif à l’atteinte disproportionnée du droit au respect des biens.

Qu’en conséquence, la « privatisation des plus-values » revendiquée par les expropriés n’est pas en lien direct avec le préjudice résultant de la dépossession, et ne pouvait donc être indemnisée par le juge de l’expropriation.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'action foncière
Annulation d’une décision de préemption et irrecevabilité de l’action en nullité de la vente par l’acquéreur évincé
Par un arrêt en date du 7 septembre 2022 publié au bulletin, la Cour de cassation a apporté une clarification...
Droit de l'action foncière
Absence d’abattement pour vétusté lors de l’évaluation de l’indemnité d’éviction du commerçant exproprié
Par un arrêt en date du 29 juin 2022 publié au bulletin, la Cour de cassation a précisé les règles...
Droit de l'action foncière
Application du régime de responsabilité sans faute en cas de renonciation à l’acquisition après exercice du droit de préemption urbain
Par un arrêt en date du 13 juin 2022 mentionné aux tables du recueil Lebon, le Conseil d’Etat juge de...
Droit de l'action foncière
L’absence de proposition de relogement aux expropriés constitue une faute causant des préjudices réparables devant le juge judiciaire
Par un arrêt en date du 11 avril 2022, le Tribunal des conflits s’est prononcé une nouvelle fois sur la...