Espace client

Le délai raisonnable d’un an s’applique aux recours dirigés contre les décisions à objet exclusivement pécuniaire

Par un arrêt en date du 9 mars 2018 (CE, 9 mars 2018, « Communauté de communes du pays roussillonnais », n°405355), le Conseil d’État est venu appliquer sa jurisprudence « Czabaj » (CE, Ass, 13 juillet 2016, n°387763) à un recours formé contre une décision à objet exclusivement pécuniaire.

Pour rappel, par l’arrêt  « Czabaj », le Conseil d’État a jugé qu’en l’absence de mention des voies et délais de recours, les décisions administratives individuelles ne  peuvent  être contestées que dans un délai raisonnable fixé à un an.

Cependant, rien n’était dit sur les recours dirigés contre les décisions explicites à objet exclusivement pécuniaire avant l’arrêt commenté. Par son arrêt du 9 mars 2018, le Conseil d’Etat décide pour la première fois d’appliquer la jurisprudence « Czabaj » à un recours dirigé contre une décision exclusivement pécuniaire.

Cette jurisprudence s’inscrit ainsi également dans la continuité de la décision « Ministre des Finances c/ Lafon » (CE, Sect, 2 mai 1959) qui avait posé le principe selon lequel, le recours de pleine juridiction est irrecevable si le justiciable était en mesure d’introduire un recours pour excès de pouvoir, mais a laissé expirer le délai contentieux.

Désormais, les recours dirigés contre des décisions à objet exclusivement pécuniaire ne pourront pas être exercé passé le délai raisonnable d’un an.

Il convient de relever, qu’il s’agissait en l’espèce d’un contentieux relatif à la taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM), mais qu’une telle jurisprudence pourra trouver à s’appliquer à un grand nombre de décisions à objet pécuniaires, telles que :

  • la décision de refus par l’administration de verser une allocation dont les conditions d’octroi sont fixées par les textes,
  • la décision de refus de versement d’une prime,
  • la décision refusant une indemnité pour réparation du préjudice causé par une illégalité fautive,
  • la décision portant ordre de restituer un trop perçu,
  • les décisions relatives à la retenue à la source opérée sur certains traitements, salaires et rentres viagères versés à des agents publics.
Sources et liens

À lire également

Droit public général
Contentieux : Compétence du juge administratif pour les actions en réparation des dommages de travaux publics même en cas de bail commercial
La Cour de cassation a jugé que, si le contentieux de l’exécution des biens donnés à bail commercial par une...
Droit public général
Le délai « CZABAJ » appliqué au contentieux de la communication de documents administratifs
Dans une décision du 11 mars 2024 n° 488227 mentionnée aux tables, le Conseil d’Etat applique sa jurisprudence CZABAJ au...
Droit public général
Le juge administratif peut rejeter par ordonnance une requête introduite avant la naissance de la décision de l’administration
Par une décision rendue le 20 décembre 2023, le Conseil d’Etat a jugé qu’une requête présentée avant que ne soit...
Droit public général
La demande tendant à ce que soit ordonnée la démolition d'un ouvrage public n’est soumise à aucun délai de prescription
Par une décision du 27 septembre 2023 qui sera mentionnée aux tables du recueil Lebon, le Conseil d’Etat a jugé...