Espace client

Urbanisme : Emplacement réservé mais pas que !

Par une décision du 20 juin 2016, le Conseil d’Etat a eu l’occasion de rappeler que l’institution d’un emplacement réservé par le document d’urbanisme en vigueur (Plan d’occupation des sols ou Plan local d’urbanisme), ne peut empêcher qu’un permis de construire soit délivré pour la construction d’un projet portant à la fois sur l’opération pour laquelle l’emplacement réservé a été institué et un autre projet qui en est tout à fait compatible.

Dans cet arrêt, un maire a, par arrêté délivrant permis de construire, autorisé la construction d’un immeuble de vingt logements ainsi que d’un poste de redressement électrique.

Cet arrêté a fait l’objet d’un recours en annulation devant le juge administratif en ce qu’il a été délivré sur la totalité d’une parcelle qui faisait l’objet d’un emplacement réservé institué dans le POS de la ville pour la seule réalisation d’un poste de redressement.

Le Conseil d’Etat, confirmant la position des juges de première instance et d’appel, a estimé que :

« Considérant qu’il résulte de ces dispositions que l’autorité administrative chargée de délivrer le permis de construire est tenue de refuser toute demande, même émanant de la personne bénéficiaire de la réserve, dont l’objet ne serait pas conforme à la destination de l’emplacement réservé, tant qu’aucune modification du plan local d’urbanisme emportant changement de la destination n’est intervenue ; qu’en revanche, un permis de construire portant à la fois sur l’opération en vue de laquelle l’emplacement a été réservé et sur un autre projet peut être légalement délivré, dès lors que ce dernier projet est compatible avec la destination assignée à l’emplacement réservé ».

Il a ainsi rappelé qu’un permis de construire peut être délivré sur un emplacement réservé pour l’opération en vue de laquelle il a été institué mais également pour un autre projet de construction qui lui est compatible, c’est-à-dire, qui en respecte nécessairement la destination qui lui a été accordée par le document d’urbanisme.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur l’office du juge d’appel saisi d’un jugement annulant un refus de délivrer une autorisation d’urbanisme
Le Conseil d’Etat a apporté des précisions sur l’office du juge d’appel lorsqu’il est saisi d’un jugement ayant annulé une...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Régularisation possible d’une autorisation d’urbanisme entachée de vice par la révision de l’économie générale du projet
Le Conseil d’Etat a jugé que, pour apprécier si un vice entachant une autorisation d’urbanisme est régularisable, il appartient au...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
L’impossibilité de régulariser une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude devant le juge administratif
Par une décision du 11 mars 2024, le Conseil d’État rappelle qu’en présence d’une autorisation d’urbanisme obtenue par fraude, le...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Précisions sur la possibilité d’exciper de l’illégalité d’un document d’urbanisme à l’appui d’un recours contre une autorisation
Le Conseil d’Etat a apporté des précisions sur l’application de sa jurisprudence « SCI du Petit Bois » relative à...