Espace client

Expropriation : censure d’un contrôle juridictionnel de l’utilité publique erroné

Par un arrêt en date du 19 octobre 2012 publié au Recueil, le Conseil d’Etat a rappelé avec force les différentes étapes successives du contrôle de l’utilité publique d’une opération nécessitant une expropriation qui s’imposent au juge administratif tout en censurant, en l’espèce, le raisonnement tronqué utilisé par les juges du fond.

Il faut rappeler que le contrôle de l’utilité publique comporte trois étapes successives :

–       l’opération doit répondre à une finalité d’intérêt général ;

–       aucun autre moyen que l’expropriation ne doit être possible pour la réalisation de l’opération dans des conditions équivalentes (tel est le cas lorsque des biens se trouvent dans le patrimoine de l’expropriant) ;

–       les atteintes à la propriété privée, le coût financier et, le cas échéant, les inconvénients d’ordre social ou économique que comporte l’opération ne doivent pas être excessifs eu égard à l’intérêt qu’elle présente (contrôle du bilan coûts-avantages dégagé par l’arrêt « Ville Nouvelle Est – CE ass., 28 mai 1971, n° 78825).

Or, au cas particulier, c’est précisément sur les deux dernières étapes du raisonnement que le Conseil d’Etat relève une erreur de droit commise par la Cour administrative d’appel de Versailles.

En effet, cette dernière avait mélangé ces deux étapes en jugeant que l’opération en cause (qui concernait la réalisation de logements sociaux) n’avait pas un caractère d’utilité publique au motif qu’elle présentait des inconvénients d’ordre social et économique excessifs du seul fait que la commune expropriante disposait de plusieurs terrains et immeubles pouvant être utilisés pour la réalisation de ce projet.

La Haute juridiction administrative a donc censuré ce « raccourci » opéré par le juge d’appel en rappelant que la prise en compte de la circonstance que la collectivité expropriante dispose de terrains disponibles doit mener à la conclusion que l’opération peut être menée ou non dans des conditions équivalentes sans qu’il soit besoin d’exproprier.

Sources et liens

CE, 19 octobre 2012, Commune de Levallois-Perret, n° 343070 

À lire également

Droit de l'action foncière
Application du régime de responsabilité sans faute en cas de renonciation à l’acquisition après exercice du droit de préemption urbain
Par un arrêt en date du 13 juin 2022 mentionné aux tables du recueil Lebon, le Conseil d’Etat juge de...
Droit de l'action foncière
L’absence de proposition de relogement aux expropriés constitue une faute causant des préjudices réparables devant le juge judiciaire
Par un arrêt en date du 11 avril 2022, le Tribunal des conflits s’est prononcé une nouvelle fois sur la...
Droit de l'action foncière
Pas d’indemnisation des plus-values pour les expropriés
Par une décision du 2 mars 2022 la Cour de cassation réaffirme la position du Conseil constitutionnel selon laquelle, les...
Droit de l'action foncière
L’exproprié ne peut renoncer par anticipation à son droit de rétrocession
Par un arrêt du 19 janvier 2022, publié au bulletin, la Cour de cassation est venue clarifier les conditions de...