Espace client

Des opérations répétées de dépôts de terre peuvent avoir pour conséquence de former un exhaussement de sol nécessitant une autorisation d’urbanisme

Un parlementaire souhaite savoir si des opérations de dépôt des terres, qui se répètent à intervalles assez fréquents, sans déclaration préalable, peuvent être cumulées pour faire naître une infraction en matière de droit de l’urbanisme.

La ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales rappelle la réglementation applicable en la matière. L’article R. 421-23 f) du code de l’urbanisme précise qu’à moins qu’ils ne soient nécessaires à l’exécution d’un permis de construire, les exhaussements du sol dont la hauteur excède deux mètres et qui portent sur une superficie supérieure ou égale à cent mètres carrés doivent être précédés d’une déclaration préalable. De surcroit, l’article R. 421-19 k) du même code indique que lorsque leur hauteur excède deux mètres et qu’ils portent sur une superficie supérieure ou égale à deux hectares, ils sont soumis à permis d’aménager. Ainsi, les exhaussements de moins de deux mètres de hauteur ou portant sur une superficie inférieure à cent mètres carrés sont dispensés de formalités au titre du code de l’urbanisme.

La ministre mentionne également que selon l’article R. 421-20 du même code, les travaux d’exhaussements du sol sont systématiquement soumis à permis d’aménager dès lors qu’ils sont situés dans le périmètre d’un site patrimonial remarquable, dans les abords des monuments historiques, en site classé ou en instance de classement ou dans une réserve naturelle. Elle ajoute enfin que l’article R. 425-25 du même code dispose que si le remblai est constitutif d’une installation de stockage de déchets inertes (ISDI) soumise à formalité au titre du code de l’environnement, il est dispensé de déclaration préalable ou permis d’aménager (voir Rép. min. à QE n° 00386, JO Sénat Q. 11 oct. 2018, p. 5160).

Il résulte de toutes ces dispositions que, selon la ministre, des opérations répétées de dépôts de terre qui ont pour conséquence de former un exhaussement de sol répondant à l’une des configurations prévues par le code de l’urbanisme doivent faire l’objet d’une demande d’autorisation ou d’une déclaration préalables. Ainsi, en l’absence de ces formalités, il s’agit d’une infraction pénale au titre du code de l’urbanisme qui peut faire l’objet d’un procès-verbal d’infraction en application de l’article L. 480-1 de ce code.

Sources et liens

À lire également

Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Le risque de nuisances sonores excessives est susceptible de justifier un refus d’autorisation d’urbanisme pour les meubles touristiques
Concernant les autorisations d’urbanisme relatives aux hébergements touristiques, la Cour administrative d’appel de Paris a précisé, dans un arrêt en...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Une nouvelle enquête publique obligatoire en cas d’atteinte à l’économie générale d’un PLU par des modifications prescrites par le préfet
Le Conseil d’Etat a jugé que les modifications d’un plan local d’urbanisme (PLU), procédant de la mise en œuvre par...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Le moyen tiré du défaut de base légale d’une autorisation d’urbanisme conditionné à sa méconnaissance du PLU en vigueur
Le Conseil d’Etat a jugé que le moyen tiré de ce qu’une autorisation d’urbanisme a été délivrée sur le fondement...
Droit de l'urbanisme et de l'aménagement
Nouvelles précisions sur les conséquences liées au défaut de communication de pièces manquantes d’un dossier de demande
Le Conseil d’Etat a apporté de nouvelles précisions sur les conséquences qui s’attachent au défaut de communication de pièces manquantes...